Cintres
7 Mai 2021
Article-reading-time 3 min

Éco-concevoir nos cintres pour réduire notre empreinte environnementale

Comme un écho à notre métier historique de layetier-emballeur-malletier, les emballages Louis Vuitton actuels rappellent l’activité pionnière de la Maison : la protection des biens les plus chers et précieux. Aujourd’hui, cet engagement de protection est renforcé par le développement d’emballages durables dans toutes nos activités. C’est dans ce cadre qu’en décembre 2019 les équipes Achats Visual Merchandising, Opérations Prêt-à-Porter Femme et Homme, Qualité Prêt-à-Porter, Design Packaging, Développement Packaging et Environnement se réunissent autour de la table et d’un objectif commun : réduire l’impact environnemental de nos cintres utilisés pour la livraison des vêtements Louis Vuitton depuis nos entrepôts vers nos magasins.

« On pourrait se dire qu’il ne s’agit que de cintres, croire que leur impact sur l’environnement est anecdotique, mais bien que l’objet soit simple, son empreinte est considérable » explique Béatrice au téléphone depuis Hong-Kong, d’où elle a piloté le projet de refonte. « La fabrication de l’ensemble de nos cintres de transport induisait une grande consommation de plastique polystyrène, leur principal composant. A l’heure de notre engagement à supprimer le plastique à usage unique dans nos propres emballages à horizon 2025, le remplacement de ces cintres était une étape cruciale dans notre démarche de progrès » précise Marion de l’équipe Environnement, avant de rajouter que « des problèmes de qualité étaient également remontés : le flocage effet velours des cintres déposait des fibres foncées sur certains vêtements clairs ». Un double-constat sans appel poussant non seulement les parties prenantes du projet à ne pas attendre l’échéance pour agir mais aussi à ériger l’impératif environnemental comme pilier du développement à venir : « notre motivation première était de tout faire pour que nos futurs cintres soient les plus écoresponsables possibles » se remémore Romain, aux manettes des Opérations Prêt-à-Porter Femme. C’est dans cette perspective de réduction d’impact qu’un appel d’offres est lancé, avec comme leviers d’actions l’utilisation de matériaux recyclés er recyclables et l’abandon du flocage problématique, « de nouvelles contraintes à prendre en compte pour nos fournisseurs même historiques, mais ce niveau d’exigence était requis pour progresser » résume Pauline, acheteuse Matières Premières pour le Prêt-à-Porter Homme.

Quatre options sont passées au tamis de l’analyse du cycle de vie (ACV), la méthode la plus exigeante en matière d’évaluation environnementale globale (tous les composants du cintre ainsi que les étapes de sa vie sont examinés) et multi-impacts (comme le changement climatique, l’épuisement des ressources et le stress hydrique). De cette étude émerge une proposition unanime, la plus aboutie, permettant de réduire l’empreinte environnementale des cintres de 45% grâce d’une part à l’utilisation de plastique recyclé et d’autre part à une réduction du poids total du cintre. Ces prototypes, après un passage déterminant côté Design puis Qualité, sont lancés aussitôt en production, pour remplacer progressivement l’ancien parc de cintres depuis janvier 2021.

« Réunir toutes ces parties prenantes autour de la table était une configuration rare, travailler ensemble autour de l’écoconception, notre ambition collective » résume Béatrice, quelques mois après la dernière réunion de l’équipe projet. Une démarche d’amélioration continue menant déjà l’équipe à réfléchir à de nouveaux développements.